mardi 30 août 2016

Le monde change, ça n’est pas du luxe… 

Le luxe classique est dominé par l’objet. Sa beauté et la réputation de la maison priment. Un luxe «de classe» qui en appelle à l’éducation.
En devenant moderne il devient simplement classe. Dominé par son créateur. L’objet se doit d’être signé. 
Le luxe contemporain aime les médias. Il est support de communication. Il requiert l’adhésion à la vision qu’il projette d’un monde dont il a la clé.

Mais le monde change et lentement s’impose un luxe plus durable né du refus de l’hyperconsommation et du bling. Un luxe qualitatif qui parle d’essentialité. Un luxe qui recherche l’esthétique de l’expérience. Un luxe plus éthique. Un luxe pour s’élever pas pour écraser. Un luxe de l’être plus que de l’avoir.

Du respect de soi et des autres. 
Peut-être…